Edizione diplomatica

Versione stampabilePDF version

Fueille ne flor ne vaut 

 

riens en chantant. fors por 

 

defaut sans plus de rimoi

 

er. et por falle solaz vilaine

 

gent. qui mauvais moz 

 

font souvent aboier. ie ne

 

chant pas por esbanoi

 

er. mais por mon cuer. faire

 

un pou plus ioiant. quns

 

malades engarist bien sou

 

vent. par un confort quat

 

il ne peut mangier.

 

Qui uoit uenir son anemi

corant. por traire alui grant

saiete dacier. bien sedeuroit

trestorner anfuiant. et des

fendre sil pooit delarchier. (et) 

quant amors vient amoi 

plus lancier. et mains 

la fui cest merveille trop

grant. quasi recoif le cop

entre lage(n)t. con sigiere tot

seus en un uergier.

 
Iesai devoir que madame

aime cent. et plus assez cest
por moi enpirier. e ie laim
plus que nule riens uiu
ant. sime laist dieu son ge(n)t
cors entracier. car cest la
riens que plus auroie chier
et se ie sui pariure a escient.
len me deuroit trainer tot
auant. et plus pendre plus
haut que un clochier.

 

Se ie li di dame ie uos aim
tant. ele dira ie la uueil en
gingnier. nen moi na pas
ne sens ne hardement que
gen vers li mosasse desresni
er. cuer mi faudroit q(ui) mi
deuroit aidier. ne parole de
autrui ivi vaut noient. q(ue)n

ferai ie conseillies moi ama(n)t.
liquels uaut melz ou par

ger ou laissier.

 

Ie ne di pas que nus aint
folement. car li plus fox
enfait melz aprisier. mais
grant eu r ia mestier
souuent. plus que nait
sens ne raisons ne plaidier.
debien amer ne pus nus
enseingnier. fors que li cuers
qui done le talent. qui bie

 

aime defin cuer loiaument. 

cil en set plus et mains sen 

set aidier.