Edizione diplomatico-interpretativa

Versione stampabilePDF version
  I
Lautre nuit en mon dor
mant fui en grant doutance.
dun gieu parti en chantant
et en grant doutance. quant
amors me uint deuant. qui
me dist que uas querant. trop
as corage mouuant. ce me mu
et denfance.
L’autre nuit en mon dormant
fui en grant doutance
d’un gieu parti en chantant
et en grant doutance,
quant Amors me vint devant,
qui me dist: «Que vas querant?
Trop as corage mouvant;
ce me muet d’enfance».
  II
Lors tressailli
durement en
grant esmai
ance. dis li dame se gentent
ama grant pesance. cest por
uostre faus senblant. qui ma
mort si cruelment. partir uuel
de uostre gent par uostre es
loignance.
Lors tressailli durement;
en grant esmaiance
dis li: «Dame, se g’entent
a ma grant pesance,
c’est por vostre faus senblant,
qui m’a mort si cruelment.
Partir vuel de vostre gent
par vostre esloignance.
  III
Il naura ia so(n)
uouloir a longue duree. qui
pour mal ne paine auoir cha(n)
ge sa pensee. oncor ten pues
pou doloir. mult doit auoir
le cuer noir. qui por fere son
pouoir pert sa desirree.
Il n’avra ja son vouloir
a longue duree
qui pour mal ne paine avoir
change sa pensee;
oncor t’en pués pou doloir.
Mult doit avoir le cuer noir
qui por fere son povoir
pert sa desirree.
  IV
Nai
es si le cuer desue mes en moi
te fie. qui est en ma pooste
plus mauues nest mie. ainz
a. cent tanz plus bonte. plus
ualor plus largete. tost taurai
guerredone met ten ma baillie.
N’aies si le cuer desvé,
més en moi te fie!
Qui est en ma poosté
plus mauvés n’est mie,
ainz a cent tanz plus bonté,
plus valor, plus largeté.
Tost t’avrai guerredoné;
met t’en ma baillie!
  V
Tant mauez biau sarmone
que ne lerai mie. que ne face
uostre gre; mon cuer et ma
uie. met en uostre uolente.
maugre ceus qui mont melle.
auos qui iai creante a estre en
aie.
Tant m’avez biau sarmoné
que ne lerai mie
que ne face vostre gré.
Mon cuer et ma vie
met en vostre volenté,
maugré ceus qui m’ont mellé
a vos, qui j’ai creanté
a estre en aïe.
  VI
Or nos pri merci pour
de. que cil qui tant a ame a
uos sumilie.
Or nos pri merci pour Dé;
que cil qui tant a amé
a vos s’umelie.