Edizione diplomatica

Versione stampabilePDF version

[c. 154 v. D]
 


 
Dame ensi eist quil
me couuient aler (et) de
seurer de ma douce co(n)
tree. ou iai apris tant 
maus aendurer. quant
ie vos la<i>s drois est que

[c. 155 r. A]
 


 
ie me hee. dex por qoi fu
   
  
lat(er)re doutremer qui tant
  
  
amant aura fet deseure(r)
 
  
dont puis na fu la mort
  
  
reconfortee. ne nen poroit
  
  
la ioie rasenbler.
Ia sanz amor ne poroie
durer. tant par itruis fer
mement ma pensee. ne
mon fin cuer ne me let
retorner. laouilasapen
see jetee. tant par apris
durement aamer. por 
ce ne voi (com)ment puisse 

[c. 155 r. B]
 


durer. sanz liauoir de
la plus desirree. (con)ques
nus hons ossast plus
desirrer. Ie ne voi
pas quant delisuipar
tis. que puisse auoir
b(ie)n ne solas ne ioie. car
onq(ue)s riens ne fist plus
aenuis. (com) vos lessier se
ie james vos voie. t(ro)p
par ensui dolens (et) esba
his. par maintes fois
men serai repentis. q(ua)nt
onques voil aler enceste
voie (et) ie recort ses de
boneres dis. Biau sire
diex vers vos me sui
guenchis. tot las por 
vos ce que ie tant amo
ie. li gueredons en doit
estre floris. q(ue) b(ie)n sauez
(com)ment damors estoie
se iai pechie or men
sui repentiz. auoz me
rent biau pere iesu
cris. si bon seignor

[c. 155 v. C]
 

auoir ie ne poroie. qui
b(ie)n vos sert ne puet. est(re)
trais.