Edizione diplomatico-intepretativa

Versione stampabilePDF version
  I
Bele dame me prie de
chanter. si est bien drois que
ie face chancon. ie ne men sai
ne ne puis destorner. car nai
pooir demoi se par li non.
ele a mon cuer que ia nen
qier oster. (et) sai deuoir quil
ni trait se mal non. or le dont
dex adroit port arriuer. car il
cest mis en mer sanz auiro(n). 
Bele dame me prie de chanter, 
si est bien drois que je face chançon,
je ne m'en sai ne ne puis destorner
car n'ai pöoir de moi se par li non,
ele a mon cuer que ja n'en qier oster 
et sai de voir qu'il n'i trait se mal non,
or le dont Dex a droit port arriver
car il c'est mis en mer sanz aviron. 
  II
Preus (et) sage ie ne uos os
conter. la grant dolor que iai
senchantant non. (et) sachies
bien plus nen orrois parler.
car ie ni uoi nule droite raiso(n).
iaim melz ensi soufrir (et) en
durer. ces tres douz maus sa(n)z
auoir garison. que dun autre
quant quen peut demander.
ce sachies bien debonaire au
douz non. 
Preus et sage, je ne vos os conter
la grant dolor que j'ai s'en chantant non, 
et sachiés bien plus n'en orrois parler
car je n'i voi nule droite raison,
j'aim melz ensi soufrir et endurer
ces tres douz maus sanz avoir garison
que d'un autre quant qu'en peut demander, 
ce sachiés bien, debonaire au douz non. 
  III
De ceste amor qui tant me
fait pener. ne uoi ie pas con
ie puisse partir. car ie ni uoi
raison de leschiuer. ne nest
pas drois que gendoie ioir.
mes fol desir fait souuent
cuer penser. ensi haut lieu
quil ni peut auenir. (et) fine a -
mor sine doit pas greuer. ce -
us qui painent toz ior de li
seruir. 
De ceste amor qui tant me fait pener,
ne voi je pas con je puisse partir
car je ni voi raison de l'eschiver
ne n'est pas drois que g'en doie jöir; 
mes fol desir fait souvent cuer penser
en si haut lieu qu'il n'i peut avenir
et fine amor si ne doit pas grever
ceus qui painent toz jor de li servir.
  IV
Sonques amis ot ioie por a
mer. ie sai deuoir que ni doi
pas faillir. car riens fors moi
ne porroit endurer. les grans
trauaus que iai por li seruir.
a son plaisir me fait plaindre
(et) plorer. (et) souspirer (et) ueillier
sans dormir. mes itant fu a
moi reconforter. que nuit (et) ior
enplorant la remir.
S'onques amis ot joïe por amer, 
je sai de voir que n'i doi pas faillir
car riens fors moi ne porroit endurer
les grans travaus que j'ai por li servir,
a son plaisir me fait plaindre et plorer
et souspirer et veillier sans dormir, 
més itant fu a moi reconforter
que nuit et jor en plorant la remir. 
  V
Ie ne me sai tenir ne confor -
ter. de uos biax cuers entiere -
ment. (et) quant ie plus uos
doi crier. lors uos truis ie cru
el si durement. que ia amoi
ne feres biau semblant. ainz
les faites autrui por moi gre -
uer. mes quant uo(str)e oeil me
vuellent regarder. (et) ie remir
le u(ost)re biau cors gent. tant
sui ie hors de paine (et) de tor
ment.
Je ne me sai tenir ne conforter
de vos biax cuers entierement
et quant je plus vos doi crïer 
lors vos truis je crüel si durement
que ja a moi ne ferés biau semblant,
ainz les faites autrui por moi grever,
més quant vostre oeil me vuellent regarder
et je remir le vostre biau cors gent, 
tant sui je hors de paine et de torment.